samedi 6 septembre 2008

Je suis le héros de Tim Kring et j'le prouve...

Tout le monde lui est tombé sur le poil, à ce pauvre Tim, sous prétexte que la saison 2 de Heroes était toute pourrie. "Oui mais, mon cher Plissken, j'ai envie de vous demander, est ce que vous n'avez pas le sentiment qu'elle l'est, pourrie, quelque part, cette saison 2, ai je envie de vous dire ?" me demande Guillaume Durand depuis son bain à remous.
Certes oui, Guillaume, je vous l'accorde : après une saison 1 réjouissante, si ce n'est jouissive malgré un final en bois, les 13 pauvres épisodes de la saison 2 font peine à voir.
Mais Tim, il nous a promis qu'on allait voir ce qu'on allait voir avec la saison 3 qui débute, je vous le rappelle bande d'enragés, le 22 septembre prochain sur NBC ! Alors... attendons un peu avant de les zapper pour de bon, nos mutants sous tranxène.
Pour avoir eu la chance de me rendre au dernier Comic Con de San Diego, cet été, j'ai pu voir le premier épisode de cette saison, intitulé "The Second coming".
Le grand retour de Sylar, des tas de vilains cré cré méchants évadés dans la nature, une nouvelle vision apocalyptique de Hiro dans un Japon du futur où lui et son ami Ando n'en sont plus vraiment (des amis), une nouvelle menace globale, plein d'action, une débauche d'effets spéciaux, deux-trois acteurs toujours aussi piètres (Milo Ventimiglia si tu m'entends...), apparition surprise de Roger Hanin en Navarro mutant (mais nan c'est juste pour voir si vous suivez)... : il y a beaucoup de choses dans cet épisode, peut etre trop.
On sent que Kring et son équipe ont voulu absolument, jusqu'à l'excès, blinder l'action et multiplier les intrigues pour éviter de se faire une fois de plus taxer de bande-mous comme l'an dernier.
A vrai dire je ne sais pas trop quoi en penser. A revoir au calme (au Comic Con, c'est pas vraiment l'idéal) et à juger sur la longueur...

Mais foin de vaines et oiseuses conjectures, homo geekus, voici rien que pour toi le passage le plus important de ce post, qui vient à point nommer pour justifier son titre initial. Oui, oui, oui, trois fois oui donc, John Plissken est le héros de Tim Kring : c'est pas moi qui le dis, c'est lui !!! (enfin Tim, quoi). Vous ne me croyez pas ? Voyez et pleurez vos mères.

video


Et voilà, alors là, moi je dis : quand le créateur de Heroes vous dit face cam' que c'est vous son héros, alors qu'en fait c'est lui le votre (de héros) il ne reste plus qu'à se prosterner servilement et dire "merci Tim !".
Ok, il parlait sous la menace d'un 357 Magnum tenu hors champ par un geek venu voir le panel Max Payne, mais ça fait toujours plaisir ! Allez folks, prochain rv avec l'actu Heroes le 22 septembre. Croisons les doigts ("et les bons, mon con !" comme dirait Arnaud, mon ami lépreux )

End of transmission....

2 commentaires:

Starbuck a dit…

Alors ouais, c'est vrai, Heroes saison 2 c'est un peu pourrave... Mais à mon goût la saison 1, même si c'est plutôt bien, ça cassait déjà pas trois pattes à un canard. En revanche, ce gars là a l'air sympa, alors je lui laisse une dernière chance de nous décevoir avec la saison 3
En tous cas tu dois être hyper fier d'être le héro d'un vieux barbu à San Diego ;o)

Damouk ;,,; a dit…

Je trouve bien indulgent moi avec cette série, une promesse non tenue grosse déception mon con.