vendredi 26 juin 2009

Michael Jackson : Bambi était un geek... et faillit acheter Marvel !


Hi kids... Plissken speaking.

Navré d'ajouter ma touche personnelle à l'overdose d'hommages et nécros en tout genre sur le King of pop mais le trente-sept bientôt trente-huitenaire que je suis ne pouvait décemment pas laisser trépasser le génie de Thriller sans lui adresser un dernier petit salut depuis Mars.

Comme tous les gens de ma génération, et malgré mon indéfectible amour pour le hard rock, Michael Jackson a fait partie de ma vie. J'étais en 5e lorsque Thriller éclaboussa les surboums de ma pré-adolescence en 1982. En 1ère quand Bad s'abbatit sur les ondes radio-télé et Michael Jackson sur le Parc de Princes en 1988. En licence à la fac lors de la sortie de Dangerous en 1991 avec son clip Black or white au morphing débridé. Et en maîtrise de journalisme au moment de History en 1995. Je n'inclus pas dans cette liste le raté Invincible, sorti en 2001 et dont, contrairement aux précédents albums, pas un seul titre ne suscita en moi la moindre espèce d'excitation.

Mais toujours est-il que j'associe incontestablement Jackson à mon adolescence et ma jeunesse. Et j'adresse un petit salut amical d'ailleurs à mon ami Renaud B., admirateur passionné de Michael Jackson à l'époque et dont les explosions d'enthousiasme au sujet de "Jacko" (nous étions en 1ère ensemble) me laissaient perplexe, moi qui vénérais à l'époque Dire Straits, Toto et Peter Gabriel et qui m'apprêtais à découvrir le hard rock via Def Leppard.

Cependant, des titres comme Can you feel it (avec les J5), Dont stop 'til you get enough, Beat it, Thriller, Black or white, Give in to me, Scream et quelques autres m'ont presque autant fait vibrer que Back in Black d'AC/DC ou Panama de Van Halen. Je n'ai jamais été à proprement parler un fan de Michael Jackson, mais j'avais beaucoup de respect pour sa démarche artistique ouverte et sa tolérance plus que bienveillante à l'égard de quelques petits solos rock bien sentis ici et là dans sa discographie.

Mais l'autre raison pour laquelle il me semble logique de lui rendre hommage tient de l'évidence : Michael Jackson était un geek ! Un vrai de vrai, passionné de cinéma de genre, de jeux video et de comics. Un cinéphile dont les clips, généralement mis en scène par des cadors du grand écran, fourmillaient de références et clins d'oeils au 7e art.

En 2000, ce gros fan de super héros Marvel et collectionneur compulsif de comics (en octobre 2008, on le vit dévaliser la boutique spécialisée Golden Apple Comics à L.A), envisagea sérieusement de racheter l'éditeur de Spider Man, des X-Men et consorts. C'est ce que nous rappelle ce petit article de la "splash page" du site MTV, faisant référence à un article plus complet du site "The Comic's Journal" intitulé "How Michael almost bought Marvel". La photo ci-dessous montre d'ailleurs Bambi en compagnie de Stan Lee, (à gche) mythique ex-gourou de la Marvel et adulé par Michael Jackson.

De gche à dte : Stan Lee, Bambi et Peter Paul

A l'époque, Stan Lee, qui n'était plus relié à Marvel que par un titre de façade et un gros chèque chaque année, venait de créer sa propre start-up (Stan Lee Media) avec son associé Peter Paul (plus tard condamné pour escroquerie, mais ceci est une autre histoire...). Il fut question que Michael Jackson et Stan Lee Media s'associent pour racheter Marvel (qui se remettait tout doucement d'une banqueroute en 1997) mais, pour des raisons détaillées dans le lien plus haut, l'affaire ne se fit jamais (ça ferait un bon "what if...", non ?).

Autre indice irréfutable de la geekerie du bonhomme : pour rembourser ses dettes colossales, Jackson s'était résolu à vendre aux enchères, en avril dernier à Beverly Hills, une partie de son trésor de guerre, avec notamment des statues grandeur nature de Spider Man, Superman et Batman (ainsi qu'une statue de lui même... costumé en Batman... hem), des consoles d'arcade X-Men...

Enfin, la fascination du chanteur pour les univers imaginaires, la SF, le fantastique et les super héros suinte dans nombre de ses clips (Scream, Black or white, Thriller, Can you feel it, Ghost...). Quoi de plus normal pour cet éternel et obsessionnel adulescent ?

Sa cinéphilie se devinait également dans le choix des metteurs en scènes pour ses clips les plus célèbres. John Landis, tout auréolé des lauriers du Loup garou de Londres, fut choisi par Michael Jackson pour réaliser l'inoubliable clip de Thriller. Un petit chef -d'oeuvre, qui me terrorisa lorsque je le visionnai pour la première fois, dans l'émission Champs-Elysées présentée par Michel Drucker sur Antenne 2 (ha ben ouais ça nous rajeunit pas tout ça, pfff). Les superbes effets spéciaux de maquillage des morts vivants de Thriller étaient d'ailleurs signés Rick Baker, qui avait déjà officié sur Le Loup garou de Londres. Les morts-vivants de Thriller me collèrent la même trouille que ceux du Zombie de Romero, que je louai quelques mois plus tard au Palace Vidéo, tout tremblant d'appréhension et d'excitation devant la jaquette sanguignolante fignolée par le mythique éditeur René Chateau. Mais je m'égare...

Michael Jackson fut également dirigé par Martin Scorsese sur le clip de Bad, David Fincher sur celui de Who is it, John Singleton sur Remember the time, de nouveau John Landis sur le réjouissant Black or white, Spike Lee sur They dont care about us et Francis Ford Coppola sur le moyen métrage en 3D Captain Eo, space opera kitch produit par Georges Lucas et projeté dans les Disneyland du monde entier.

Par respect pour le défunt, je ne m'attarderai guère sur le très embarassant Moonwalker, comédie musicale astronomiquement nulle à la gloire de Jackson, réalisée par une bande de tâcherons et massacrée par la critique à sa sortie en 1988. Et qui fit plouf au box office. On peut aujourd'hui considérer The Wiz, de Sydney Lumet, comme le seul rôle digne de ce nom du chanteur au cinéma, acteur assez peu convaincant au demeurant...

Malgré le côté obscur et dérangeant du personnage, je pense qu'on est tous d'accord pour dire qu'il a moins mérité une place de choix au paradis des geeks, qu'en pensez vous les aminches ?


End of transmission...



9 commentaires:

Sledge a dit…

J'approuve !

Pour ma part je n'ai réellement suivi que les 1ers albums dans ma jeunesse, j'ai décroché après Bad il me semble, plus mon style :/

Je ne connaissais donc pas le coté geek du personnage et ton article me permettra de me souvenir de MJ d'un oeil moins "Bah une pop-star de plus qui s'en va".

Cela dit, je ne suis pas vraiment rentré dans les détails, les circonstances de son décès apparaissent plus que douteuses, ce qui ne manquera pas d'alimenter les théories les plus fumeuses digne des James Dean, JFK, ou Claude François ;)

John Plissken a dit…

Elvis le king of rock a aussi disparu dans des circonstances mystérieuses, the same with the king of pop.

Franchement, tous les éléments s'agrègent pour faire de la mort de Jackson une date historique : un décès prématuré, mystérieux, une icône mondiale déchue et recluse qui s'apprêtait à faire son come back... Je ne donne pas cinq ans à Hollywood pour en faire un film ou un téléfilm (ou une sitcom, niarf niarf oui je sais je suis une crevure).

Quant à ton invocation de l'exemple de Claude François, je ne sais que te dire, je crois que tu as touché le fond, je suis consterné.... consterné !

Anonyme a dit…

Cher John,
Ce n'est pas à moi qu'il faut demander si le Jacko a sa place au paradis des geeks. Ton article le démontre très bien. D'ailleurs son refus de vieillir dans un monde d'adulte me rappelle, à un niveau heureusement autre, le comportement de quelques uns d'entre nous ( j'en fais évidemment partie, oscillant dangereusement entre le gentil adulescent et le syndrome dit de "Peter Pan" qu"un psy pourrait detecter chez moi en un quart de secondes )

Pour tout dire le Renaud B. de ton adolescence a pris une sacrée claque dans la nuit de vendredi.

Même si je m'éloignais doucement de cet artiste, j'avais toujours une vraie tendresse mélée à de la tristesse pour la dérive d'un chanteur qui avait touché le sommet. Toujours à la recherche de morceaux inédits et de remix étonnants sur la toile, je suivais le petit gars en espérant une possible résurection.
Comme toi j'avais écouté avec une indifférence polie la froideur de la production d' "Invincible" . Les rumeurs de collaborations avec les p'tits jeun's qui passent sur Skyrock me faisaient sérieusement douter que je puisse le suivre dans ses futures orientations musicales... Je ne m'étenderais pas sur son aspect le plus sombre, chacun à son opinion là dessus, mais perso je n'y ai jamais vraiment cru. Le Jackson était vraiment la proie idéale à tout genre de gros véreux .

Je garde de ce chanteur un tas de souvenirs ( que je n'évoquerais pas ici, ce n'est pas le lieu et ça serait trop long) qui ont bercés ma vie musicale depuis sa découverte en 1982.
Te concernant cher John je me souviens t'avoir fait découvrir le puissant (pour du Jackson) "Dirty Diana" dans mon humble demeure.
Et toi qui etait fan de Toto je te conseille de réecouter le sublime "Human Nature" dont l'intro au synthé est du Porcaro pur jus ( il suffit de réecouter dans la BO de Dune le titre "Dune ( Desert Theme )"... à la 15 eme seconde, c'est pareil...)
Voilà... c'est vrai je suis très triste...

Anonyme a dit…

Je profite de mon passage ici pour rebondir avec un gros temps de retard sur ta réponse a ma bafouille sur Ferris Bueller. Oui! c'est bien avec Wilfried que j'avais séché les cours pour voir le film. Tu as une mémoire de dingue!

Je rebondis aussi sur ton article sur le dernier Terminator. Tu m'as rassuré. J'étais sorti de la salle en me disant que j'étais trop vieux pour ces conneries sans même chercher le pourquoi du comment j'avais peu accroché à ce film ( j'ai même lutté contre le sommeil entre les scènes d'action. En fait toutes les clefs de mon indifférence sont dans ta critique. Bravo,tu m'as ouvert les yeux.

Bravo également pour ton article sur Rutger Hauer. J'adore ton souvenir de l'après midi fête du cinéma. Moi aussi j'ai découvert "The Hitcher" cette journée là dans une chaleur infernale. Ce fut un choc incroyable! Surtout qu'il me semble que juste avant je m'étais tapé un Police Academy ( plus vite, plus vite!)... Je finissai la journée mieux que toi puisque je terminai avec une séance de 22H en matant avec étonnement Maruschka Detmers faire une fellation à une bite toute flasque dans "Le diable au corps" ( non je n'ai aucun autre souvenir de ce film à part que c'était d'une chianlie incroyable...ça m'apprendra petit pervers que j'étais...) et en plus finalement c'était pas beaucoup plus glorieux que toi :)
Je profite pour passer un message à Pascale P. : Je ne te connais pas mais je te le dis: la vie est courte! Largue ton sinistre banquier, avocat, assureur ou notaire roulant en 4X4 ( ben trois enfants... elle roule sûrement pas en Twingo!). Rejoins le John! Je suis sûr qu'il te pardonnera cette regretable et terrible erreur de jeunesse... Pssst... en + le gars peut voir tous les films gratis... et qui sait??? cette fois peut être...pendant une scène de Terminator 5... avec Rutger Hauer donnant des ordres dans un tank pendant tout le film (oui McG lit le JPmars.com... il fait ses castings grâce à John...)...alors peut être...

Bon allez comme tu le dis "End of transmission"... je vais en profiter pour essayer de retrouver "la scène" du "Diable au corps pour "juste" voir si c'est comme dans mes souvenirs :)
Tchao gars!

Renaud

PS: ça te dit quelque chose ça?
http://www.priceminister.com/image?action=slideshow&prdfamilycode=1100&prdimageid=786740730&productid=50372433

Anonyme a dit…

Sorry le lien n'etait pas entier:

http://www.priceminister.com/image?action=slideshow&prdfamilycode=1100&prdimageid=786740730&productid=50372433

Anonyme a dit…

Putain dernière tentative!

http://www.priceminister.com/image?action=slideshow&prdfamilycode=1100&prdimageid=786740730&productid=50372433

Anonyme a dit…

Autre lien, l'autre ne veut pas se mettre en entier...

http://www.priceminister.com/offer/buy/50372432/Veste-Eural-Tergal-55-Polyester-45-Laine.html

Sledge a dit…

Rhhooo des spammeurs sur ce site :D

@JP effectivement, l'invocation de CF était un peu limite, je voulais juste apporter une touche de francophonie à mon propos :P

John Plissken a dit…

@ Sledge : je pardonne à mon bon vieux Renaud, il revient autant de fois qu'il veut pour m'envoyer des liens de veste en tergal !

@ Renaud, merci pour ton post gonflé de nostalgie et de mélancolie sur Jacko, ca me replonge aussi dans tant de souvenirs de notre année de Première. Tu m'as bien fait rire avec l'anecdote sur Le Diable au corps, épouvantable nanar s'il en est...

Continue de passer régulièrement ici !