jeudi 19 mars 2009

Battlestar Galactica + Onu = j'hallucine, geeks are EVERYWHERE !





Bon ok...

La planète est au bord du gouffre financier, un cataclysme social se prépare, le terrorisme menace de nous déchiqueter d'un jour à l'autre, nos mers se vident et notre ozone se troue (sans même parler de mes charges impayées), mais à part ça... on vit quand même une époque formidable, quoi, merde ! Geekement parlant, j'veux dire...

Aurait-on pu imaginer une nanoseconde que les acteurs de V ou de Farscape soient un jour invités à débattre de questions de société au sein de ne serait ce qu'une obscure sous commission d'un comté de ploucs du fin fond de l'Arkansas ? Je dis non !

Alors imaginez le séisme d'émotion dans toute la planète geek suite au forum qui s'est tenu, le 17 mars au siège des Nations Unies, entre quatre membres de l'équipe de Battlestar Galactica (Mary McDonnell, Edward James Olmos et les cerveaux de la série, Ron Moore et David Eick) et un parterre de 300 étudiants et représentants de l'Onu ??? NON MAIS C'EST COMPLETEMENT DINGUE, JE DÉFAILLE, MES SELS VITE !

Alors, que s'est il passé au juste ? Très simple. L'an dernier, Ban Ki-Moon, Secrétaire Général des Nations Unis, annonçait la création au sein de sa belle organisation de la "Creative Community Outreach Initiative" : une entité chargée de sensibiliser le grand public à certaines grandes questions de portée internationale auxquelles l'Onu fait face au quotidien.

Visiblement, quelqu'un au sein du département de l'Information onusien kiffe BSG puisque sous l'égide de cette "Initiative", la série a été choisie comme pivot d'une soirée de débats autour de questions comme le terrorisme, les abus sexuels contre les enfants, le racisme, les droits de l'homme, la nature du bien et du mal... Le tout entrecoupé d'extraits de la série judicieusement choisis comme illustration de ces thèmes, fréquemment abordés, frontalement ou indirectement, par les intrigues de Battlestar Galactica.

De l'aveu des témoins présents, en plus d'être réellement intéressante dans le fond, la soirée fut un moment inoubliable de geekasm ( = geek orgasm, thank you Pr Plissken).

Excusez du peu : Whoopi Goldberg (grande fan de BSG) en modératrice, une salle d'audience à la déco évoquant les 12 colonies de la série et, pour ouvrir les débats, cette déclaration de Craig Mokhiber, Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme : “Il y a quelques mois, nous célébrions le 60e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, un des documents fondateurs de notre organisation. Quand vous pensez à ce à quoi ressemblait le monde à l’époque où cette déclaration a été adoptée, ce n’était pas différent de la représentation vue dans Battlestar Galactica, suite à une horrible guerre où l’on a pu voir les formes les plus extrêmes de la cruauté humaine à grande échelle.” (je continue à halluciner, moi)

Evoquant les Cylons, dont la saison 4 de BSG nous montre qu'ils ne sont pas forcément les salopards mécaniques que nous pensions, le même Mokhiber s'est aventuré sur un terrain plus glissant, celui du relativisme moral. Cette citation du bonhomme me fait tiquer mais je vous la ressors tout de même pour son côté "geekasm approved" : “Nous sommes tous des Cylons, chacun de nous est un Cylon. Et il faut vous défaire de l’idée de gentil et de méchant, parce que la vérité, c’est qu’aujourd’hui je suis peut-être une victime, mais demain je serai peut-être le bourreau.”

Mouais... même si dans le cadre d'une fiction ce postulat est essentiel, je le prends avec plus de pincettes dans le réel... J'ai vu cette phrase notamment trop souvent détournée chez certains pour justifier certaines opinions antisémites qui ne disaient pas leur nom. Mais passons, comme je le disais, c'est pas sur JPFM qu'on va développer ce genre de question !

Le summum de la soirée fut atteint lorsque Mokhiber rappela que l'Onu avait pour mission de défendre les droits de tout homme, quels que soient sa race, son sexe, son ethnie... Ouuups, la boulette ! Militant antiraciste notoire, Edward James Olmos, en plein "Adama style" (pour les nuls en BSG : du nom de son perso dans la série, le commandant Adama), s'est alors lancé dans une longue tirade enflammée contre ce concept de race, en concluant ainsi : "Il n'y a qu'une seule race, et c'est la race humaine. Point final" Et l'acteur, visiblement ému, de ponctuer son final du fameux "SO SAY WE ALL !"... auquel toute l'assemblée a répondu du tac-au-tac, comme dans la série : "SO SAY WE ALL !". L'hallu totale continue...

Bref, tout cela était peut être un poil vaseux, voire oiseux, mais finalement, le plus important dans tout ça, c'est qu'on a vu une série de SF bourrée de Cylons vicelards et de vaisseaux Viper belliqueux se faire dérouler le tapis rouge au siège des Nations Unis. Et ça, les aminches, on est pas prêt de l'oublier !

Encore une nouvelle victoire de la culture geek dans sa guerre contre les esprits obtus...

SO SAY WE ALL !


PS : même si je ne suis pas un fan acharné de BSG, je dois reconnaître qu'il s'agit d'une série capitale et je m'associe au deuil de tous ses fans pour la diffusion de l'ultime épisode, ce vendredi 20 mars, sur Sci-Fi US (ha merde, faut l'écrire "Sy Fy" maintenant, il parait...). Amen.


End of transmission....







5 commentaires:

Theoldcuban a dit…

A quand Joséphine ange gardien a l'Assemblée Nationale ! Maggy au Sénat ! Michou aux droits de l'Homme !

John Plissken a dit…

... ou encore Navarro au Sénat, Soeur Thérèse à l'Assemblée... navrant tiens...

Martinus a dit…

Non moi je dirais simplement David Douillet et Gilbert Montagné au gouverne.............ah ben merde c'est déjà fait :D


ah quand même Battlestar Galactica, quelle putain de série!!

Amen comme vous dites :'(

John Plissken a dit…

Haha, j'ai ri à voix haute en lisant ton post. C'est qu'il drôle ce petit Martinus !
Putain de série en effet. La seule vraie bonne série de SF dans le genre "space opera" je pense.

Anonyme a dit…

ridicule au possible, cette idée. Les Nations Unies ont franchement autre chose à faire.